exténuation


exténuation

exténuation [ ɛkstenɥasjɔ̃ ] n. f.
extenuacion XIVe; lat. extenuatio
Littér. ou didact. Action d'exténuer, de s'exténuer; son résultat. État d'exténuation. asthénie, épuisement, fatigue.

exténuation nom féminin (latin extenuatio, -onis) Littéraire. Affaiblissement extrême des forces physiques : Être dans un état de complète exténuation.exténuation (synonymes) nom féminin (latin extenuatio, -onis) Littéraire. Affaiblissement extrême des forces physiques
Synonymes :
- asthénie
- dépérissement
- épuisement

⇒EXTÉNUATION, subst. fém.
A.— Vieilli. [Correspond à exténuer A] Diminution, amaigrissement du corps. Dans l'espèce de torpeur que lui procurait l'exténuation de son corps et de son âme, elle se prit à rêver d'une allégresse religieuse (BLOY, Femme pauvre, 1897, p. 195).
Au fig. Atténuation, affaiblissement d'une idée, d'une pensée, d'un attribut de la personne. Il appréhendait, je le sais, cette exténuation de sa raison, et pourtant, il la dilatait jusqu'à l'angoisse (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 375). Faire de l'inconnaissable une simple exténuation quantitative du connaissable (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 3) :
Il faut avouer que cette régression ne peut être que feinte, suggérée par une sorte de torsion, de régression et même de reniement de la conscience claire qui tente de passer à la limite de sa propre exténuation.
RICŒUR, Philos. volonté, 1949, p. 83.
Spéc., vx, RHÉT. Figure qui consiste à diminuer, affaiblir l'importance d'une idée. (Quasi-)synon. atténuation, litote. Affirmer que la langue française est inapte à ce jeu [l'understatement], c'est oublier sa haute époque et la richesse d'une rhétorique qui dispose de trois mots : exténuation, litote, tapinose, figures de style qui consistent justement à substituer à la véritable pensée une autre, voisine, mais plus retenue (MORAND, Eau sous ponts, 1954, p. 104).
B.— Peu usité. [Correspond à exténuer B] État d'extrême fatigue, d'épuisement. En somme, la propriété, après avoir dépouillé le travailleur par l'usure, l'assassine lentement par l'exténuation (PROUDHON, Propriété, 1840, p. 266). J'avais besoin de ce spectacle, de cet air, de cette rénovation, après mon exténuation de Gênes, l'air dévorant de Nervi, la fatigue de la route (MICHELET, Journal, 1854, p. 247).
Rem. On rencontre ds la docum. exténu(e)ment, subst. masc. a) Synon. de exténuation A. Chaque forme, vidée de ses signes particuliers, ne cède à la toile qu'un trait lointain, secret, ou qu'un ton rare jusqu'à l'exténument (LHOTE, Peint. d'abord, 1942, p. 159). b) Synon. de exténuation B. Ce fut une semaine de temps gâché, d'échecs, d'exténuements (SCHAEFFER, Recherche mus. concr., 1952, p. 103).
Prononc. et Orth. :[]. Cf. é-1. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1398 extenuacion de corps (Somme maistre Gautier, ms. B.N. fr. 1288 [XVe s.] f° 21 v° ds DG). Empr. au lat. class. extenuatio « action de rendre mince, atténuation ». Fréq. abs. littér. :12.

exténuation [ɛkstenɥɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. V. 1560, Paré; extenuacion, v. 1398; lat. extenuatio, du supin de extenuare. → Exténuer.
1 Littér. Action d'exténuer, de s'exténuer; résultat de cette action. || État d'exténuation. Asthénie, épuisement, fatigue. || L'exténuation du malade, de ses forces.L'exténuation d'un sentiment.
2 Rhét. Vx. Litote.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Extenuation — Ex*ten u*a tion, n. [L. extenuatio: cf. F. ext[ e]nuation.] The act of axtenuating or the state of being extenuated; the act of making thin, slender, or lean, or of palliating; diminishing, or lessening; palliation, as of a crime; mitigation, as… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • extenuation — Extenuation. s. f. v. Affoiblissement, diminution de forces. Il est dans une grande extenuation …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Extenuation — Extenuation, lat. deutsch, Verdünnung, Verkleinerung; davon extenuiren …   Herders Conversations-Lexikon

  • extenuation — index clemency, condonation, excuse, extenuating circumstances, justification, reason (basis) Burton s Legal Thesaurus …   Law dictionary

  • extenuation — early 15c., from L. extenuationem (nom. extenuatio), noun of action from pp. stem of extenuare (see EXTENUATE (Cf. extenuate)) …   Etymology dictionary

  • extenuation — Extenuation, Extenuatio …   Thresor de la langue françoyse

  • extenuation — [ek sten΄yo͞o ā′shən, iksten΄yo͞o ā′shən] n. [ME extenuacioun < L extenuatio] 1. an extenuating or being extenuated; esp., mitigation, as of the seriousness of a crime, offense, etc. 2. a thing that extenuates; partial excuse …   English World dictionary

  • exténuation — (èk sté nu a sion ; en vers, de six syllabes) s. f. 1°   Action de rendre ténu, maigre et faible ; résultat de cette action. L exténuation d un malade par une longue fièvre. Son exténuation est extrême. 2°   Terme de rhétorique. Figure de pensée… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • EXTÉNUATION — s. f. Affaiblissement extrême, grande diminution de forces. Il est dans une grande exténuation.   L exténuation d un crime, d un fait, etc., L adoucissement dans l exposition d un crime, d un fait, etc. Ce sens a vieilli ; on dit, Atténuation …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • extenuation — /ik sten yooh ay sheuhn/, n. 1. the act of extenuating. 2. the state of being extenuated. 3. something that extenuates; a partial excuse: The youth of the defendant served as an extenuation. [1375 1425; late ME extenuacioun < L extenuation (s. of …   Universalium